I Speak English

"Practice Makes Perfect"

9 July, 2018

Lison kréyol 2018-19

Filed under: CREOLE,créole — csa1 @ 22:41

Mèsi Bondjé Admiral T

YouTube Preview Image

Max Télèphe – EIA Matinik

YouTube Preview Image

http://www.montraykreyol.org/article/kreyolomaj-ba-georges-vassoigne-1932-2015

 

Smally King – Sa Pa Nice (N.I.P MUSIC) (dancehall 2012)

https://www.youtube.com/watch?v=ae4ksnOmmgI

YouTube Preview Image

Trinidad: les derniers créolophonesYouTube Preview Image

Trinidad patoisYouTube Preview Image

Trinidad Patois Conversation-How Patois Was Learnt

YouTube Preview Image

Trinidad Patois speakers Cameron. Bad behaved school children.f4v

YouTube Preview Image

Le créole à Sainte Lucie

YouTube Preview Image

St-Lucian vs Guadeloupian creole (2 girls living in England translate sentences in their own creole)

YouTube Preview Image

Haiti vs Jamaica : things black moms say

“Lévé, lévé,lévé, ay légliz  -   the 3 L : Lékol, légliz, lakay

YouTube Preview Image

10 finalis Miss Haïti 2018 nan Chokarella

YouTube Preview Image

Entèvyou Kreyòl – Gerard-Marie Tardieu ak Lydia Bradford – Pati 2

YouTube Preview Image

americain parle creole haitien American speaks haitian creole

YouTube Preview Image

Ki métod?

An dikté anlè an pwovèb kréyol.

Li an teks épi an bon vwa

Esplitjé gramè-a, matjé-a, konparé épi fransé ek anglé

RRR:

Respé,  Restrenn ko’w, Résiprosité

bokantaj, lotorité, disiplin, bon métod, bon pédagoji,

 

Ki moun mwen yé ?

Mwen

Manman-mwen                                                                                            Papa-mwen

Gran manman-mwen                 Gran papa-mwen                              Gran manman-mwen                 Gran papa-mwen

X                   Y                            X                      Y                                  X                              Y                    X                        Y

Ba sé tianmay-la an fey  ki ni an désen éti yo pé matjé non fanmiy-yo

(Ni dé désen: yonn ki ni an ron épi lot-la ki ni pliziè rektang)

Chous: Liv CDI Acajou 1 : Dossier généalogique

 

- Petit livret Claude et Madeleine CARBET, Gilbert de CHAMBERTRAND : Questions sur l’histoire de la Martinique (CDI Acajou 1)

Kisa mwen sav anlè Matinik ?

Matinik sé yonn adan sé banzil vòlkanik-la ki wè jou lè volkan pété anba lanmè. Primié moun ki té ka viv anlè’y sété zamérendjen yo té ka kriyé Arawak ki té sòti bò lorénok adan Lanmérik Lisid. Sé pep Karayib-la vini apré. Sé moun-tala pòté plant, zannimo, ek tout kilti-yo. Adan lanné 1502, Kristof Kolon té primié nyopien ki débatjé anlè zil-ta a. Pannan pliziè lanné Matinik té ka sèvi eskal teknik pou ravitayé sé nyopien-an ki té ka alé Lanmérik. Ek an 1635, Piè Bélen Dénanbuk épi an gwoup fwansé ki té ka vréyajé anba non konpanny Zil Lanmérik enstalé kò yo adan linò Matinik adan an koté yo té ka kriyé Sen Piè. Yo konstwi an bouk ki divini an gran lavil adan an batzié. Men liannaj ant nyopien ek pep karayib-la vin mové épi ladjè pété. Matinik té séparé an dé pandan yonndé tan épi sé nyopien-an fouté sé karaib-la déwò ek yo anni enstalé kò yo adan tout Matinik.
Sé kolon-an té dézièm yich fanmi yo, plantè ki té ka sòti Nowmandi. Yo té ka planté taba, koton, kafé épi travayè nyopien yo té ka fè vini. Lè yo koumansé planté kann pou fè sik épi wonm, yo alé chèché sé zesklav-la bò Lafrik ek mennen yo Matinik ek sé kon sa péyi-a vini an koté adan konmès triangilè.
An 1794, sé moun Olann-lan ek sé Anglé-a té lé pran péyi-a ek yo rivé enstalé kò yo Matinik twa fwa (1762,1802,1809).
Lé 22 mé 1848, an révolt pété ek lesklavaj bout. Yo kriyé zendien, kongo ek chinwa pou ranplasé sé travayé zesklav-la.
8 mé 1902, volkan isi a pété ek i détwi lavil Sen Piè net, kifè Fodfwans vini Kapital ékonomik ek politik péyi-a. Pandan dé ladjè mondial-la, anlo nonm Matinik pati goumen Léwop. Matinik soufè anpil antan Robè pandan dézièm ladjè mondial-la, pas ayen pa té ka sòti lotbò-a ankò pou rivé isi-a.
An 1946, Matinik divini an koté Lafwans yo kriyé ‘dépatman’ menm manniè épi tout dòt koté Lafwans. An 2016 i chanjé istati pou divini an ‘kolektivité téritorial’.
O koumansman lakolonizasion, Twa gwoup misionnè vini ek yo ba yo sé pawas Matinik-la : jézuit, Dominiken ek kapusen. Matinik vini an diosèz an 1851 ek primié évek-la rivé an péyi-a : non’y sété Monséyè Le Erpeur. An 1967, diosèz Matinik-Fòdfwans-ek-Sen Piè-a divini archidiosèz Sen Piè ek Fòdfwans.
Moun Matinik atjelman ka désann di an liannaj Kolon, désandan zesklav, zendien, kongo ek chinwa. Sosiété moun diféran ta-a ka ba an kilti migannaj. Mizik, dans, latjuizin ka lianné anlo bagay ki sòti Lafrik, Léwop, Lazi ek Lakarayib.
Ou ka jwenn pliziè mizik ek dans toupatou Matinik kontel mizik lézansien épi bidjin, mazouka ek mizik atjelman kon zouk, raga, dannsol, salsa.
Adan latjuizin Matinik, ou ka jwenn tout pasaj listwa péyi-a. Manjé zendien épi tout zépis-li ka migannen épi ta Léwop, Lafrik ek Lakarayib pou ba pla ki ni koulè, zépis épi bon gou.

 

Mi menm teks-la an anglé :

Martinique is a volcanic island born from an underwater eruption. Its first occupants were the Amerindians from the Orinoco who formed the Arawak community. Then came the Caribs who brought plants, animals and their customs. In 1502, Christopher Columbus was the first European to locate the island. For several years, Martinique served as a technical stopover and refueling for Europeans heading for the New World. Then in 1635, Frenchmen led by Pierre Belain Desnambuc took possession of the island on behalf of the Company of the Islands of America and settled north-west in a region called St. Pierre. They built a village there that soon became a big city. But relations between Europeans and the Caribbean deteriorated and war broke out. Martinique was divided into two parts for a while ; the Europeans expelled the Caribs and took possession of the whole island.
The settlers were family juniors, farmers from Normandy. They cultivated tobacco, cotton, coffee with a workforce of committed Europeans. By setting up cane growing for sugar and rum, slaves from the African continent were introduced to the island and Martinique became one of the triangular trade points.
Martinique was the object of the covetousness of the Dutch in 1794 and the English who occupied the island three times (1762, 1802, 1809).
On May 22, 1848, a revolt broke out and precipitated the abolition of slavery. In order to replace slave labor, Indians, Congos and Chinese were called upon.
On May 8, 1902, the eruption of Mount Pelee completely destroyed the city of Saint-Pierre and Fort-de-France became the economic and political capital of the island. During the two world wars, several Martinicans left the island to repel the enemy in Europe. During the Second World War, Martinique experienced a period of restriction known as ANTAN ROBE.
In 1946, Martinique became a French department and was transformed in 2016 into territorial collectivity.
At the beginning of the colonization, the parishes of Martinique were distributed to three different religious orders: the Jesuits, the Dominicans and the Capuchins. It was not until 1850 that Martinique was established as a diocese and in 1851, the first bishop Monseigneur the Herper arrived on the island. In 1967, the diocese of Martinique-Fort-de-France-and-Saint-Pierre was raised in the archdiocese of Saint-Pierre and Fort-de-France.
The current Martinican population comes from the meeting between settlers, descendants of slaves, Indians, Congos and Chinese. This plural society gave birth to a mixed culture. Music, dance and gastronomy are influenced by African, European, Asian and Caribbean influences.
Music and dance are everywhere and very varied. They include ancient music such as biguine, mazurka and contemporary music such as zouk, ragga, dance hall, salsa …
In gastronomy, all the influences of the history of the island can be found : Indian flavors mix with European, African and Caribbean flavors and give rise to spicy, colorful and tasty dishes.

Ki mizé ki ni Matinik ?

Chous : Musées Maisons Galeries à la Martinique

  1. Mizé Gauguin,  Carbet
  2. Domaine de l’Acajou
  3. Musée de l’histoire (St-Pierre, Association pour la sauvegarde de st-Pierre)
  4. Musée départemental (face à la savane)
  5. Maison de la Nature (Parc Naturel Régional)
  6. Musée du Transport et du Commerce (Maison de la Chambre de Commerce, rue Victor Hugo,FdF)
  7. Musée de la Pagerie
  8. Musée Saint-James
  9. Micro Musée Château Dubuc
  10. Maison de la Canne (Quartier Vatable, Trois-Ilets)
  11. Musée des Arts et Traditions Populaires (Bourg Saint-Esprit, Ancien collège Cassien Sainte-Claire)
  12. Musée de l’Art de Coquillages (Anse-à-l’Ane, Trois-Ilets)
  13. Musée Volcanologique de Saint-Pierre     (Ci-dessus selon le livret publié par le Conseil Régional  - Comité de la Culture, de l’Education et de l’Environnement en 1989)
  14. Musée des Volcans (Bourg Morne Rouge)
  15. Centre de Découverte des Sciences de la Terre, CDST (Saint-Pierre)
  16. Ecomusée (Anse Figuier, Rivière-Pilote)
  17. La Savane des Esclaves (La Ferme, Trois-Ilets) (créé par Gilbert Larose en 2000)

- Ti Zétwel , Contes, Fables, Poésie… en créole, Textes d’ici et du monde entier, Georges MAUVOIS et Marie Denise GRANGENOIS, Ateliers des Presses Littéraires 2002, 290 pages (Textes riches – à emprunter au CDI d’Acajou 1 à la rentrée)

 

- DICTIONNAIRE DES TITIM ET SIRANDANES (Devinettes et jeux de mots du monde créole),Raphaël CONFIANT, Ed Ibis Rouge Presses Universitaires Créoles/GEREC

Sa sa yé, an sirandàn?

(titim-Bwasek, Jédimo, zedmo, divinèt, kayanbouk, sirandàn, masak(sit potomitan)

SIRANDANE
Jeu ritualisé de questions et réponses propre à de nombreuses cultures orales. Apparentées au « Titim ? Bois sec ! » des Antillais ou possiblement au hain teny des Merinas du haut plateau malgache, les sirandanes sont la forme typiquement mauricienne d’un art propagé dans l’île depuis l’esclavage, letan margoz.
Genre de devinette qui porte sur la vie quotidienne et que tout le monde connaît, la sirandane date de la période coloniale française (1715-1810), son émergence étant probablement fortement liée à celle de la langue créole. La sirandane amusait les esclaves lors des veillées tout en faisant paraître leur humour sur leur condition, voire leur malice envers leurs maîtres. À Maurice, les sirandanes permettent à tout un peuple, de se souvenir : de ses origines, du choc des cultures qui a fait naître le pays, des affres de l’esclavages comme des éléments de sagesse tutélaire émanant de la mémoire culturelle des ancêtres. Elles jouent ainsi un rôle important dans la transmission de la mémoire, d’un certain imaginaire, et de certains savoirs locaux jugés marginaux parce que non-écrits. Cette forme d’expression orale permet aussi aux Mauriciens, quelle que soit leur origine, d’appartenir à un seul et même peuple. Tout comme le créole est une langue sans frontière, tout comme la culture créole a su condenser le meilleur de nombreux mondes pour se créer un espace créatif et créateur, le monde des sirandanes rallie la verve française de jouer avec les mots à l’animisme africain et à l’environnement local : marqué par l’imaginaire fantastique des contes et légendes, l’univers des devinettes brouille les frontières entre l’humain, l’animal, la flore et le royaume des esprits. La sirandane est, par définition, créole.
Par tradition, le conteur prend la parole et lance le traditionnel « Sirandanes », auquel l’assemblée répond en chœur « Sanpek ». Un dialogue est engagé, une connivence s’installe. Le conteur a en face de lui non plus un simple spectateur mais un acteur qui s’engage, par sa réponse, à écouter attentivement d’abord, mais aussi à prendre part au rituel de l’échange. C’est le fondement même de la sirandane, prélude souvent à une plus longue histoire ou une légende partagée par le conteur.
Il est impossible de parler de sirandanes sans mentionner Charles Baissac, dont Le folklore de l’Ile Maurice contient 29 pages consacrées aux sirandanes, écrites dans le créole francisé de l’époque : des sirandanes encore connues des Mauriciens, comme certaines aussi qui sont moins habituelles. La nation mauricienne lui doit beaucoup pour avoir pensé à compiler les contes, légendes, sirandanes et chansons propres à son patrimoine. Déjà, dans sa préface, il se lamente du fait que son ouvrage arrive 50 ans trop tard et parle d’un inventaire « post mortem » (iv) reçu de deux vieux, « Ppâ Lindor et mmâ Télésille » dont la « mémoire n’est [plus] la qualité maîtresse » (ix), alors que la langue a déjà évolué et que l’histoire du pays a influencé/transformé le folklore. À titre d’exemple, notons la sempiternelle « Dilo dibout ? Kann » et une moins connue, surtout dans le contexte moderne : « Ena kat frer, de gran de piti. Zot tou galoupe ensam, piti divan zame gran kapav gagn zot ? So kat larou enn kales » (il y a quatre frères, deux grands et deux petits. Ils courent tous ensemble, les deux petits devant ; jamais les grands ne peuvent les rattraper ? Les quatre roues d’une calèche).
En 1990, J.-M.G. et Jemia Le Clézio ont rassemblé un livret de sirandanes, dédié à « Marie-Michèle de Blue Bay » et suivi d’un petit lexique des oiseaux de Maurice, qui comprend par ailleurs une demi-douzaine de régionalismes (provenant des diverses langues du pays). La préface reprend la lignée culturelle des devinettes sous divers horizons pour en souligner la fonction de mémoire et d’appartenance. Sensiblement les mêmes que celles que connaissent les Mauriciens et qu’a compilées M. Baissac, avec une traduction qui suit de près la traduction traditionnelle français-créole, les sirandanes recueillies par J.-M.G. et Jemia Le Clézio sont illustrées par des aquarelles de J.-M.G. Le Clézio (oiseaux, paysages stylisés de l’île) ainsi que des reproductions de broderies malgaches traditionnelles. D’autres livres de sirandanes ont été également publiés, comme par exemple les 220 Sirandanes Sampek de l’Île Rodrigues par Chantal Moreau, en versions française et créole, comme de tradition. Nous trouvons là des sirandanes plus modernes puisqu’elles font référence, entre autres, à la radio ou au moteur de voiture. Il est intéressant de ce fait, de remarquer l’évolution des sirandanes, de l’humour – et des préoccupations – de la population ainsi que l’évolution du créole lui-même, qui tend aujourd’hui à se stabiliser dans une nouvelle graphie qui l’éloigne du français.

Eileen Lohka

Source : http://www.editionspassages.fr/dictionnaire-jmg-le-clezio/lexique/canne-a-sucre-5/

 

Yonndé egzanp titim ek sirandàn :

  1. mwen ka maché, i ka maché; mwen ka doubout, i ka maché ? an mont
  2. ki il ka poté non an madanm janti é émab? Marigalant
  3. Mwen longé i doubout, mwen doubout, i longé ? pyé
  4. adan ki dlo krapo pa ka benyen? dlo koko
  5. ki lenj ou pé ba an moun ou lé endé ? an soutyen
  6. Mwen ka rantré lanmézon épi tout kò mwen, tet-mwen dèwò ? an klou
  7. Kisa ki vid léswè an kay-la, é ki plen lajounen ? soulyé
  8. Ni dé pyébwa ou sèten touvé menm si’w antré adan nenpot sémityè ? kòosòl, zo ranjé

 

 

- WASH, son de cordes, texte en créole et en français, Renaud SAE, illustrations Stéphanie DESTIN, Ed Lafontaine

Le wash d’une biguine ‘BIGIN’, c’est la rythmique par laquelle on fait sonner les cordes.

4 ième  de couverture:

Une histoire d’instruments à cordes, d’évolution technologique: une corde tendue qui vibre sonne !…

L’arc est un instrument de musique.

La calebasse résonne, dévoile

l’acoustique et l’arc devient bérimbau,

harpe ou kora, oud, luth et puis guitare…

Les arcs frottés deviennent violon et violoncelle, et les cordes qu’on frappe piano-forte…

 

-  L’occupation anglaise du Rocher du Diamant 1804-1805, FORT DIAMOND, Christian Linares, CRDP Antilles Guyane,

1990, Livret disponible au CDI Acajou 1

123456...86
 

Conseils de Livres, BD et M... |
natnat973 |
Simon-Dwight's Translation |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | clcailleau
| AHLALAY
| manonjouanni