I Speak English

"Practice Makes Perfect"

28 December, 2016

Créole LV3 Bac

Filed under: CREOLE,X Kréyol LV3 Oral Bac — csa1 @ 16:26

Kisa ou  pou fè jou legzamen-an ?

Les candidats ayant choisi une LV3 présentent la liste des notions du programme étudiées dans l’année ainsi que les documents qui les ont illustréés (10 mn de préparation+ 10 mn d’exposé+ 10 mn d’interaction).

Pou loral Bak la, zot pou préparé teks sé 4 nosion an :

  1. Mit épi éwo
  2. Koté ek bokantaj
  3. Lidé asou manniè vansé
  4. Koté ek manniè pouvwè ka woulé

Adan chak nosion, kay ni 4 ou 5 teks:

  1. Mit épi éwo

Poutji  fanm konsidéré kon potomitan adan sosiété nou-an?

- An Fanm Vayan,Daniel BOUKMAN,  Migannaj, Ed Mabouya, 2005

- Mélani, Joby BERNABE, koumbo, 1978

- Ninòt, Gwoup Rasin Kas, La tè ki ta’w pa ta’w, scène X, Ibis rouge Editions, 2001.

2. Koté ek bokantaj 

Ki koté anpil moun pé jwen ek bokanté pawol  plis adan lakarayib ?

- Kannaval Matinik,  Chal-Anri F, Artik asou www.montraykréyol.org, lendi 19 févriyé 2007

- Lavéyé moun-mò, Raphël CONFIANT

- Kous Yol, Jean-François LiENAFA

-Koumbit, Michèle Cazanove, Présumée Solitude, Ed. Juliard,1988.

3. Lidé asou manniè vansé

ki mannyè sosiété nou-an pé vansé pli douvan men san ped moso adan kilti’y?

- Serge RESTOG, Tan Siklòn yo kriyé Hu Ran Kan, La Tribune des Antilles, juil/août 2000

- La consomation, Fernand Donatien, chant/ mazurka

- Jwé lontan pa té ni pwoblem, Annette JEANVILLE

4. Koté ek manniè pouvwè ka woulé

Ki mannyè sé artis-la ka éséyé kontré pouvwè ki an plas ?

- Gilbert GRATIANT, Jozef, lévé, écrit en 1935

- DADDY PLEEN, Réyalité-a, chant

- Fas a fas, Eugène MONA (Vénus Eugène NILECAM) chant

***

Bwet mo:

Sé ki sa?

Mit : An mit sé an listwa ki koumansé anlè an pep dépi nanni-nannan, ki lé zanset ba yo lè yo té ka palé  ba jénérasyon apré jénérasyon. An mit pé esplitjé an bagay ki natirel oben yonn moun pa ka djè konprann. Adan an mit, pé ni an moun ki fè an bagay ki potalan ba lè restan sé moun-lan. Délè yo pé di ki moun tala sé an ewo.

Ewo: An ewo sé an moun ki egzisté oben an moun limajinasyon kréyé, an moun anlo ka admiré pas i brav, i vayan, i djok ek i fè dé bagay lézot pé pa fè touléjou.

Koté: sé toupatou moun ka viv anlè latè oben oliwon latè.

Bokantaj : sé lè ou ka ba an moun an bagay ek lè ou ka risouvwè kantékant.

Vansé : sé an bagay ka fè moun alé pli douvan, épi tan-an, an bagay ou pé pa arété.

Pouvwè : sé an dwa, an lotorité  an moun oben an gwoup moun ni anlè lézot pou fè an travay, an péyi ek an lantoupriz maché.

**

Ki métod ? (kréyol Matinik (GEREC-F 2))

Chak sijé dékatiyé nan 2 mòso:

      • mòso 1: Konprann teks-la – i ka pézé 10 pwen

Ou pé séparé pati-tala adan kat kalité kèsion :

          • Ki dotjiman ki la ? : idantifié teks-la (pasaj an woman, istwèkout, artik, kont, fab…), touvé an tit ba teks-la, ki larel teks-la, …
          • Ki lédiyans (sans) sé mo-a ? : bay chous (non, veb, ajektif, adveb, …) ek lédiyans sé mo-a dapré teks-la.
          • Ki analiz ? : kèsion ki ka permet fouyé teks-la, konprann istwè-a (kimoun, kikoté, kitan, kimanniè, poutji, ki liyannaj…).
          • Mofwazaj : mofwazé an pasaj adan teks-la an fransé.

Évitez absolument les traductions “mot à mot”, du genre “i pran sonmèy” > “il/elle a pris sommeil”. Traduisez “Il/Elle s´est endormie”

      • mòso 2: Esprimé kow – i ka pézé 10 pwen

Bay grennsèl-ou asou an lidé ki liyanné épi teks-la. Konpozision-tala pou pézé ant 25 ek 35 lin dapré séri-a ou ka pasé a. Adan’y fok tini an pawol douvan, an dékatman ek an pawol poubout (Men tansion !! Pa matjé tit “pawol douvan”, “dékatman” ni “pawol poubout”).

          • pawol-douvan

:

          • Wouvè déba-a : (ou pé sèvi épi an fraz jénéral ki liyanné oben an pawol fondal kontel an litérati an liyannaj épi larel-la)
          • Pozé larel-la ek lévé sé kèsion-an ki pozé a
          • Bay kimanniè ou kay dékatiyé grennsel-ou (plan-an)
        • Dékatman

Dékatman-an dwé ni 2 oben 3 tez. Chak grennsel (lidé) ou ka prézanté fok séparé’y an paragraf. Sèvi épi mo zouti (dabòpouyonn, poudé, dapré mwen, men, okontrè, Poudivré, anvré, poubout,…) pou liyanné chak lidé/paragraf

      • Pawol poubout :
        • Bout chak lidé fondal . Bay grennsel anfinal ou ki ka ripran lidé fondal ou lévé andidan dékatman-an. Sonjé réponn kèsion ki té pozé andidan pawol-douvan an.
        • Éséyé wouvè asou an lidé anplis, an lidé nef ki ka pozé anlot pwoblenm gran pasé tala ki té lévé a.

 

Sijé Bak :

http://www.eritaj.fr/images/sije_bak_blan_kr_mat_LV2_ekri_seri_L_lanne_2010_pa_ni_tit_(809ko)_LMAT01.pdf

http://www.eritaj.fr/images/sije_bak_blan_kr_mat_LV2_ekri_seri_L_lanne_2009_an_lavalas_(717ko)_LMAT02.pdf

 

**

1. Mots permettant au raisonnement de suivre une progression

 

Relation
logique
Connecteurs français Connecteurs créoles
addition, gradation et
de plus, de surcroît
voire
non seulement
é / ek / épi
anplis / anplis di sa
jijé-wè
nonselman
illustration c’est ainsi que
par exemple
d’ailleurs
en particulier, notamment
ainsi, à ce propos, à ce sujet
sé kon sa
kontel
dayè /poudayè
an partikilié
anlè zafè-tala
correction
en réalité
c’est-à-dire
en fait
plutôt
ou / ou bien
plus exactement
à vrai dire
an réyalité/ sa ki vré a sé ki
kivédi
anfet
pito / plito
oben
pi ekzakman
avrédi
condition à la condition que
si
tant que
pour le cas où
chaque fois que
akondision
si
toutan
sioka / sianka (var.)/ siyanka (var.)
chakfwa / chaklè
justification parce que
du fait que
c’est ainsi que
pour de bon, à la vérité
pas / davwè / davwa/ konmva
difet/ konmva / zafè
sé konsa
difet / poutoutbon / konm difet / poudivré
cause parce que, car
du fait que, en raison de, dans la mesure où…
puisque
pour peu que
pas, difet/ davwè / davwa / palakoz
pas, difet/ zafè /davwè / davwa
pis / piskè / piski / asifi (G)
asifi (G)
classification premièrement
deuxièmement
puis / ensuite
d’abord
déja pouyonn / pou yonn
pou dé
é / épi / ek/èvè (G)
déja pouyonn / dabò
finalité pour, pour que, afin que
en vue de
de peur que
pou, aselfen (arch.)
épi lentansion
lakrent / lakrent si
transition cela dit, voyons maintenant… apré sa, annou wè atjelman…

**

Dépi yo té konnet, Chal épi Sonson, té pran labitid alé chak lanné, adan tout lafet té ka pasé an tout kwen la Trinté. Selman, adan tout sé lafet-la, té ni yonn yo té simié, é, yo pa té ka mantjé ba pèsonn, sé té lafet la Trasé.
Yo té enmen lafet-tala, pas i té toujou plen moun, é yo té ka touvé té ni lafet pou tout moun, jenn kon vié, avòté kon matrité.
.Lafet-la té ka koumansé dépi gran bonnè, épi lanmes.
La Trasé, sé té an bel ti kanpann. I té ka pòté non-tala, pas nan primié tan kolonizasion, sé té prèmié koté angajé, anba lod gouvènè Blénac an 1678, té koupé bwa pou fè an tras ka pati la Kabestè, kidonk la Trinté, pou rijwenn Foyal, atjelman Fodfwans.
Séré anba Gwo-Mòn, ka lonjé lariviè Galion, dépi la Dénel jik an pié Vè-Pré, i koumansé vréman péplé apré déblozon 1902 a, épi sinistré Mòn-Wouj, Ajoupa-Bouyon ek Baspwent.
La Trinté ni tibren lizin é té ka mantjé bra. Gouvènman ki té lé ripéplé mitan Matnik, é pa té lé yo ritounen pran fè anba volkan la Pelé a ankò, pwopozé konsésion tè pa la, épi lizin ba moun travay. Kidonk, té ni bon moun la Trasé an moman-taa, moun ki té ni labitid frékanté Sen-Piè, ek yo té sav sa yo té ka kriyé lafet.
Hugues Bartéléry

 

**

Lé 6 févrié 2018, kay ni an laprémidi épi latilié anlè tout sé lang lan nou ka aprann an lisé nou an : “La Journée des Langues”.

Mi anvwala an lidé ba zot, pou zot travay anlè’y :

Pour la journée des langues, participation  des volontaires de Terminale L, ES, S inscrits en LV3 créole:
>
>
>                      * Déclamation de poèmes et de textes en créole
>
> Objectif : Gagner de l’assurance pour l’oral de créole au bac
>
>                      * Exposition de panneaux ” FIGURES CREOLES”
>
> Objectif: Mieux connaître Lumina Sophie, Frantz Fanon et Joseph Zobel (Lien avec la notion Mythes et héros)
…..

La violans, sa pa bon pies

Plis lanmou

mwens violans

mwen bon épi laviolans

Man bon épi bagay tala

Sa ka fè twop lanné sa ka alé

Sa red pou sipoté

Sa pa fasil

sa ka touché tout moun

La violans ka détwui lavi nou

Twop san ka koulé

Man las wè lamatè pléré

Twop jako lé fè mafia

Fok lajénès pran konsians

lavi a pa an bol toloman

Laviolans sa pa an solisyon

Fok nou fini épi sa net !

 Term L/S 30 janvié 2018

 …

Ki jou nou key fini épi laviolans tala

**

Maronnèz

Jòdi jou gran jou
Jòdi jou bèl jou
Maronnèz pran bwa

Jòdi jou gran jou
Jòdi jou bèl jou,
An maronnèz véyé
Lè lalin-an séré
Pou li pran bwa :
I fè chimen dèyè,
Maché anlè kabrit bwa
Mèt kritchèt ka babiyé,
Rété pou dézòd pé,
Pé dézòd kò’y,
É vwéyé kòy alé
Adan lannuit nwè a…

An fanm lévé,
An fanm doubout
Savann-an pri difé !
Dépi jou nègrès-la
Planté an péyi-a
Ka alé, ka vini,
Ka swen, ka swé,
Ka pòté é sipòté,
Ka bat é ka débat,
Tèt dwèt, tèt fiè
Ren maré, nen trousé
Bien kanpé anlè dé pié’y,
Asou tè péyi-a.
Kò’y menm sé tout an péyi ;
Tout kò’a’y sé péyi-a menm !

Èvè chimen, èvè tras
Èvè fréchè, èvè chalè,
Èvè ravin
…Épi mòn
Ka rébondi pa tout bò ;
An péyi vidjò
Ki tini bon balan an kò’y…

An nonm gadé
Dé zié’y kléré :
« Jèy mal fanm ! »
Jòdi jou bèl jou
Tout fanm lévé !
Tout fanm doubout !
Simen difé an savann-an !

MONCHOACHI, Disidans, Djok, 1976.

 

Qui était Pierre-Marie Pory-Papy?

Par Jean-Marc Party

Publié le 01/03/2018 à 10:24, mis à jour le 01/03/2018 à 10:38

Les grandes figures de l’abolition de l’esclavage sont si nombreuses qu’il nous arrive d’en oublier certaines. Chacun connaît Victor Schoelcher, qui, en tant que membre du gouvernement républicain, a signé le décret du 27 avril 1848 interdisant l’esclavage. Il nous arrive volontiers aussi d’évoquer Cyrille Bissette, l’un des premiers militants martiniquais engagés pour la défense de cette noble cause.
Ceci dit, d’autres ont joué un rôle majeur dans la fin du système esclavagiste. A l’exemple de Pierre-Marie Pory-Papy. Avocat, natif de Saint-Pierre, son père est un mulâtre et sa mère une esclave affranchie. Il est le premier adjoint au maire de la ville, le béké Pierre Hervé, quand l’insurrection des esclaves prend corps. Chargé de la police, Pory-Papy ordonne la libération de l’esclave Romain, arrêté quelques jours plus tôt pour avoir refusée de jouer du tambour lors d’une journée de travail.

Pory-Papy désavoue le maire de Saint-Pierre

L’incarcération du rebelle est dénoncée par ses collègues et par la population pierrotine. La foule amassée devant la prison réclame sa libération. Ce que décide Pory-Papy. Le maire, esclavagiste renommé, désapprouve son adjoint. Il le convoque devant le conseil municipal pour le réprimander. Les esclaves se rassemblent autour de l’hôtel de ville pour acclamer et protéger Pory-Papy. Son plaidoyer emporte la décision du conseil municipal. Les élus votent l’abolition de l’esclavage à Saint-Pierre.
La ville tombe aux mains des insurgés. La révolte se propage dans l’île. Dans la nuit du 22 au 23 mai, à 1 heure 10, le gouverneur, le général Rostoland, signe le décret interdisant l’esclavage dans la colonie. Pory-Papy est à l’origine directe de cette décision prise dans l’urgence pour éviter une déflagration générale.

Un exemple à suivre

Le maire de Saint-Pierre démissionne. Son adjoint le remplace. Il sera élu député républoicain en août 1848, sur la liste de Bissette et de Schoelcher. Ce sera le couronnement d’une vie consacrée à militer pour l’interdiction du travail servile et pour l’égalité des droits. Il est l’un des nombreux hommes de couleur libres, selon l’appellation de l’époque, à s’être engagés contre l’ignominie.
Comme tant d’autres, anonymes ou notables, Pierre-Marie Pory-Papy a pris des risques pour mettre en cohérence ses idées et ses actes, au péril de sa vie. Un exemple à suivre ?

Qui était Lumina Sophie ?

Lumina Sophie dite Surprise naît le 5 novembre 1848, peu après l’abolition de l’esclavage, au Vauclin à l’habitation La Broue.

En février 1870, Léopold Lubin , un Noir du Marin, membre d’une famille d’entrepreneurs de travaux publics, a une violente altercation avec Augier de Maintenon, jeune Européen, aide-commissaire de marine et chef de service au bourg du Marin. L’affaire passe devant les tribunaux. Lubin est condamné lourdement, de façon très injuste et raciste ! Un mouvement de solidarité active se développe, auquel s’associe Lumina: pétitions, souscription pour payer les recours, etc. A cette affaire se conjugue l’affaire Codé. Codé est un Béké (colon blanc), propriétaire de l’habitation « La Mauny », arrogant avec ses employés. Il a érigé le 21 janvier un drapeau blanc, symbole de l’Ancien régime : le 21 janvier est la date-anniversaire de l’exécution de Louis XVI. C’est l’expression ostensible du regret des temps esclavagistes, et une provocation raciste. En plus, Codé a été membre du jury d’assises dans l’affaire Lubin, et il se vante publiquement de l’avoir fait condamner. Les habitants des campagnes sont en colère contre ses provocations et contre l’injustice faite à Lubin. Lumina est solidaire du mécontentement populaire.
En septembre 70, sur la place du marché de Rivière-Pilote, on la retrouve avec d’autres manifestants-es,  hurlant  pour la libération de Lubin. Le 22 septembre la  population du Sud de la Martinique et notamment celle de Rivière-Pilote se soulève. Lumina participe activement à l’insurrection, qui sera très vite réprimée dans le sang. Surprise est enceinte de deux mois. Cela ne l’empêche pas de participer à la marche vers La Mauny avec l’ «armée»  de Telga. Pendant les émeutes, Surprise se serait écriée : “Je veux tout brûler , et si le bon Dieu descendait du ciel , je le brûlerai aussi , parce qu’il doit être un vieux béké !” ( Si Bondyé té ni an kaz, an té ké brilé’y pas sé dwèt an vyé bétjé ! ).

Mais l’insurrection est rapidement vaincue. Lumina est arrêtée le 26 septembre 1870 à Régale sur l’Habitation de Lacaille et sera incarcérée au Fort-Desaix.
Plusieurs chefs d’accusation sont retenus contre elle. Son premier procès se tiendra du 17 mars au 17 avril 1871. Elle est présentée comme une femme qui cherche à dominer les hommes. Le  gouverneur de l’époque l’identifie comme la «flamme de la révolte».

Elle est relaxée le 17 avril de ce chef d’accusation, mais d’autres charges pèsent sur elle. Le 28 avril 1871, à la prison centrale de Fort-de-France, elle accouche d’un garçon que l’administration pénitentiaire nomme Théodore Lumina, sans aucun respect pour l’Etat-Civil de la mère. L’enfant est tout de suite séparé d’elle. Son 2ème procès se déroule du 22 mai au 8 juin 1871. Elle sera  «punie» pour révolte contre l’aristocratie des planteurs, pour blasphème, pour avoir menacé les hommes et pour vouloir les dominer, pour avoir mis le feu à 3 habitations. Le 8 juin, elle est condamnée aux  travaux forcés à perpétuité, pour incendie et participation active à l’insurrection. Ce sera la déportation vers le bagne de Saint-Laurent-du-Maroni, où elle arrive le 22 décembre 1871. Elle mourra des horribles conditions du bagne le  15 décembre 1877 à l’âge de 31 ans.

**

Autres héroïnes antillaises : Paulette NARDAL (Martinique),Suzanne ROUSSI ép CESAIRE,  Gerty ARCHIMEDE (Guadeloupe).

**

LA FEMME POTO-MITAN

Extrait d’un dossier rédigé par Mme Corinne MENCE-CASTER

Corinne Mencé-Caster. Professeure de linguistique hispanique .Paris-Sorbonne (EA 4080)

Proofreading Colette fournier

Pluton-Magazine/2017

Photo site Potomitan.

http://pluton-magazine.com/2017/10/09/dossier-origines-de-fanm-poto-mitan-evolutions-limites/

 

Les proverbes et dictons témoignent de la disjonction entre la figure de « femme » et celle de « mère ».

 

Femmes

 

Comme on le voit très nettement, les femmes sont reliées essentiellement à la duplicité et à l’argent ; elles sont présentées comme des êtres intéressés, mais aussi tenaces, des « dures à cuire » en quelque sorte, ce qui pourrait déjà témoigner de leur capacité d’endurance, de résistance et de résilience. Un des proverbes souligne la dissymétrie des relations homme-femme. De manière globale, il apparaît que les proverbes véhiculent une représentation négative des femmes antillaises.

 

Fanm ka fè la bonm paka di mari yo sa

(La femme adultère le cache à son mari)

 

Fanm tombé pa janmen désespéré

(Femme ne se décourage jamais)

 

Sé lè lajan fini ou konnèt valè fanm

 

Pli poch ou plen, pli fanm enmenw

 

Ni dé bagay ki pli solid: bwa doubout é fanm couché

 

Poul pa ka chanté douvan kok

 

Fanm sé chat, nonm sé zombi

(La femme, c’est une dissimulatrice, l’homme se réveille la nuit)

 

Fanm mèg ka santi fré

(La maigreur ne sied pas aux femmes)

 

Mère

 

La mère est encensée ; elle est présentée comme une figure unique, qui ré-enchante tout ce qu’elle touche, ange protecteur pour ses enfants, gardienne avisée de sa maison.

An kay san yich sé an jadin san flè

(Une maison sans enfants, c’est comme un jardin sans fleurs)

 

Ou toujou sètenn manmanw ou pa janmen sètenn papaw

(Tu sais toujours qui est ta mère, tu n’es jamais sûr de qui est ton père)

Fok swen manman pou pé ni yich-la

 

An manman sé an bol a kouvèti

(Toute maman sait cacher les défauts de ses enfants)

 

Ou pé ni pliziè fanm ou ni an sèl manman

(On peut avoir plusieurs femmes, on n’a qu’une seule maman)

 

Lakay manman kaka poul sé zé, lanmori sé soup

(Chez maman, les fientes de poule sont des œufs, la morue, de la soupe)

 

Ou pa ka montré manman fè yich

(On ne montre pas à une mère comment faire ses enfants)

 

 

Je n’ai peut-être pas, au cours de mon intervention, suffisamment souligné que cette figure de« fanm poto-mitan » était susceptible de projeter, de manière bien plus positive, des qualités de ténacité et de résistance qui peuvent être aussi le socle d’une féminité qui se construit, dans l’affranchissement de la protection et du contrôle masculins, et qui donc peut revêtir une dimension « féministe ». La « fanm poto-mitan » peut aussi rudoyer l’homme, le renvoyer à ses propres insuffisances, prendre ses décisions de manière indépendante, se débrouiller pour élever ses enfants dans la dignité, en faisant fi quelque part de l’ordre patriarcal.

L’ambivalence de cette figure procède du fait qu’elle est susceptible d’être tout à la fois l’archétype d’une figure de la soumission féminine – femme emprisonnée dans le carcan de la domesticité et de la maternité- et de l’indépendance féminine – femme qui s’affranchit du diktat des hommes et qui projette sur ses enfants une image de liberté, de fermeté et de tendresse.

On peut remarquer que ce sont surtout ces qualités de courage, résistance et dignité que mettent en avant les enfants qui ont été élevés par une figure de mère qu’ils analysent comme « fanm poto-mitan ». Vivant dans une sorte de nostalgie de ce modèle, ces enfants qui ont aujourd’hui entre 50 et 80 ans, considèrent que leur mère leur a tout donné et a façonné leur existence, de sorte qu’ils ont pu emprunter, de la meilleure manière qui soit, le dur chemin de la vie, et aboutir à la réussite humaine et professionnelle.

Dans un ouvrage intitulé Manman, publié aux éditions Jasor en Guadeloupe, et qui renferme près d’une cinquantaine de textes-hommage aux mères, de nombreuses personnalités martiniquaises, guadeloupéennes et guyanaises (Jocelyne Béroard, Pierre-Edouard Décimus, Raphaël Confiant, Lucette Michaux-Chevry, Élie Domota, Tania Saint-Val, Jacob Desvarieux, Marie-Luce Penchard, etc.), il est frappant de constater à quel point le mot « potomitan » revient et comment la« manman » est ce personnage central, sacrificiel  qui a tout donné d’elle-même pour la construction de ses enfants et leur réussite.

Peut-être la parole la plus sage, l’ultime parole revient-elle à Pierre-Édouard Décimus qui conclut son texte-hommage de la façon suivante :

 

Pour maman, l’important, c’était le travail, le courage, le respect réciproque. Elle répétait très souvent la phrase suivante que j’ai adoptée « Qui veut du respect s’en procure ». […] Elle a élevé, seule, ses huit enfants avec la même rigueur et ne laissait pas grand-chose passer. J’ai en mémoire une femme très courageuse, venant de la Désirade, un pays très dur. […] La mère d’aujourd’hui doit s’inventer, c’est un autre monde, un autre contexte, c’est autre chose. Elle doit s’inventer et, je le crois vraiment, elle s’inventera. Néanmoins, il ne faut pas lui demander de le faire trop vite, parce que le monde va vite. Donnons-lui le temps. Elle est en train de découvrir ce qui n’existait pas il y a moins de cinquante ans. Une maman d’aujourd’hui, c’est une femme qui doit travailler. Ma mère était femme au foyer […] Aujourd’hui, ce n’est plus du tout la même chose. Le monde est en pleine mutation. On n’a pas changé de siècle, mais de millénaire.

**

Comment l’esclavage a-t-il été aboli à la Martinique?

Ecrire notre histoire, c’est l’étudier du dedans, à partir de ce que nous avons fait. Il est incontestable qu’aujourd’hui, pour les Martiniquais, les événements du 22 mai 1848 constituent un acte fondateur dans l’histoire de la Martinique.

Même si d’autres, à l’extérieur, ont porté un coup de main, et un bon coup de main comme Victor Schoelcher ou les ouvriers de Paris et de Lyon, à travers leur pétition pour l’abolition de l’esclavage, même si le mouvement abolitionniste en Europe a mené un travail considérable devant l’opinion française et internationale, c’est bien le combat de longue haleine entamé par les esclaves qui permet d’aboutir à l’abolition immédiate et définitive de l’esclavage dans notre pays.

Ce combat a commencé dès les débuts de la colonisation, avec les premières révoltes d’esclaves, avec le marronnage, une résistance qui ne s’est jamais arrêtée. Dans les années 1840, ce combat s’accélère. Le long cheminement est sur le point d’aboutir. Car ce sont les maîtres qui sont en difficulté, criblés de dettes face à la mévente du sucre de canne sur le marché français. Et ce sont les affranchissements qui sont de plus en plus nombreux. C’est tout un système qui est déstabilisé. Partout, on signale un ralentissement dans le travail, des grèves d’esclaves, des actes de désobéissance, une agitation qui règne dans tous les ateliers.

Le coup de grâce a lieu en 1848. La nouvelle de la proclamation de la République en France arrive en Martinique le 26 mars. Les esclaves appuient sur la pédale d’accélération. La récolte est arrêtée sur bon nombre d’habitations et les esclaves déclarent tout haut qu’il n’y a plus ni maîtres,ni esclaves. Les esclaves ont entendu parler du décret du 4 mars 1848 qui déclare : « Nulle terre française ne peut plus porter d’esclaves ».

Sur l’habitation Duchamp, à Saint-Pierre, le maître interdit de jouer du tambour pendant le travail du manioc, afin de ne pas ajouter à l’agitation. Il faut dire que le tambour, tout comme la conque de lambi, reste l’instrument du signal de la révolte. Mais l’esclave Romain enfourche son tambour ce samedi 20 mai 1848. L’arrestation de Romain, le 21 mai, met le feu aux poudres. Des centaines d’esclaves l’accompagnent à la geôle de Saint-Pierre et réclament sa libération.

C’est chose faite le matin du 22 mai, après l’intervention de l’adjoint au maire, le mulâtre Pory Papy ; mais l’insurrection reprend de plus belle après la fusillade du Prêcheur : un groupe d’esclaves de retour de Saint-Pierre s’est retrouvé face à face avec des gendarmes qui tirent ; il y a plusieurs dizaines de morts et de blessés. L’insurrection est générale. Toute la côte, du Prêcheur au Carbet, ressemble à un immense brasier. Les esclaves, armés, contrôlent la ville de saint-Pierre, le soir du 22 mai.

Le gouverneur Rostoland na pas le choix. Il faut signer, si l’on veut sauver la colonie. Rostoland écrit : « le vaisseau a beaucoup souffert ; mais j’ai réussi à le conduire au port. A la France maintenant de le réparer ou de l’abandonner complètement. Il ne faut plus de demi mesures ». L’arrêté d’abolition est signé le 23 mai 1848.

C’est bien l’entrée en mouvement des esclaves, leur détermination, leur combat décisif qui ont permis d’arracher la liberté. Le dire, le célébrer, c’est rendre hommage aux milliers de neg mawon, de résistants à l’esclavage, qui ont porté bien haut le flambeau de l’humanité. Célébrer le 22 mai, c’est dire que nous aussi, Martiniquais de toute origine, nous pouvons continuer à porter haut ce flambeau qui nous met, au même titre que tous les peuples du monde, sur la voie du progrès et de l’émancipation.

http://www.sakafetmatinik.fr/martinique/22-mai-1848-lesclavage-a-ete-aboli-en-martinique/Sources:

**

La révolte d’esclaves de st-Pierre

Le 22 mai 1848, près de 60 000 esclaves de la Martinique“, se sont défaits de leurs chaînes, et de la servitude. En mai 1848, la révolte gagne du terrain sur toutes les habitations de l’île. Le matin du 22 mai, suite à l’intervention de Pory Papy, adjoint au maire de Saint-Pierre, l’insurrection reprend de plus belle après une fusillade au Prêcheur.
Un groupe d’esclaves de retour de Saint-Pierre s’est retrouvé face à face avec des gendarmes qui tirent. Le bilan est lourd : Plusieurs dizaines de morts et de blessés. L’insurrection est très importante notamment sur toute la côte caraïbe, du Prêcheur au Carbet. Le soir du 22 mai, les esclaves armés, contrôlent la ville de saint-Pierre qui était alors la capitale de la Martinique.
Le décret qui prévoit l’abolition dans un délai de deux mois, arrive dans les colonies quatre à cinq semaines plus tard. Mais sur place, “le gouverneur de la colonie et les planteurs ont pris les devants“, selon d’autres récits de l’époque. La plupart des Blancs ont compris depuis longtemps que l’abolition était devenue inéluctable et s’y étaient préparés en multipliant les affranchissements…À leur manière, les esclaves ont aussi accéléré le mouvement.En compensation de la perte de leurs esclaves, les planteurs reçoivent du gouvernement français une indemnité forfaitaire. Ils contournent aussi l’interdiction de l’esclavage en faisant venir des “travailleurs sous contrat” de la Chine du sud ou d’Inde du Sud.

LABATWA

Kréyolad n°644 (Lidé pwogré)

16/12/2016

Labatwa pres an fayit. Sa vré sé pandan périod-tala labatwa (ki padépartèmantal ankò) ka fè pli bel ek pli gwo chifdafer-li.

Mé dépi yonndé lanné, lé dirijan ka wouklé. Pa ni asé kochon pou débité. Anlo moun pa lé ni pak kochon bòkay yo. Yo pa lé, ni tann bri, ni santi lodè pak kochon an nen yo. Kidonk, moun pa ka djè nouri kochon pou nwel ankò. An plis di sa, yo ka mandé moun fè tri, sa fè ki pa ni manjé-kochon non pli pou ba sé bet-la. Man jik tann an madanm di:

— Kochon sé vié viann, moun pa té pou manjé sa!

Asiré madanm-tala pa sa tjuit kalté viann-tala, ni manjé an bon ragou épi pwadangol non pli. Mé akondi lot-la :
Glison!

Adjilbè ki pa enmen fèlafet, mi sa man tann li di:

— Asiré labatwa pa pou ni poblèm, pas té ni an gran pano réklam té ka mandé koté sé kochon-an yé!

Manniè nou ka wè kochoni toupatou an péyi-a, asiré sa padwé difisil touvé «kochon».

Andidan granjounal-la man jik li, an kandida léjislativ di i ké mété sa an pogram-li.

— Si zot voté ba mwen ek man éli, man ké mandé Lasanblé Nasionalfè an lwa pou nou sa viré nouriti-kochonnou pou nwel!

Adjilbè ki toujou la pou fè lafet, di’y konsa:

— Es sé an bénwa sé sité-a, nou ké élivé sé kochon-an?

Manmay annou ri sa pito, pas talè nou péké menm sav sa yé nwel. Menm flérinwel pa ka fléri sé jou-tala, pa menm palé migé!

Jid (Jude Duranty)

 **

Poetry in creole:

http://www.potomitan.info/poemes/grif.pdf

 

Textes en créole martiniquais

http://www.uoh.fr/front/document/964dccff/e9fc/413a/964dccff-e9fc-413a-987b-ffff0284676c/co/Contenu5_3_3.html

A (ETYMOLOGIQUE) – Tout joué cé joué…

Zött ka söti dépi en France,

Zött ka rivé pa pleins bateaux,

Zött ka descen-n laréodrome;

Si cé pou di an ti bonjou

Con Béké-France en temps lontemps,

Nou ké répon-n deu fois bonjou :

Yon-n pou zött min-m,

Yon-n pou la France.

Zött ka pron-m-nin toutt la Savan-n,

Zött ka monté adan l’auto,

Zött ka tiré an chage photo;

Si cé pou di pays-nou-a

Cé an joli piti pays

Nou ké ba zött deu bouquets fleù :

Yon-n pou zött min-m,

Yon-n pou la France.

Zött ka rhélé nou dan la rue,

Zött lé rentré pa pöte salon,

Zött ka gadé juss en fond caille,

Min-m si caille-la cé caille bambou;

Pou lan-mitié con pou lan-mou

Mi deu ti-punch ki ja paré :

Yon-n pou zött min-m,

Yon-n pou la France.

Mé si zött couè ou-a fai nou couè

Zött cé an qualité Bon Dieu

Nou cé an qualité macaque,

Mussieu, Madan-m, ten-n bien ta-la,

Cé bon créole zött peu compren-n :

Toutt joué cé joué…mé…ni lan-mè

Patou alentou pays-a.

Si ou débatché, appren-n nagé !

B (GEREC 1) – Djenbo èk Rakoun

An jou, konpè Djenbo asou an gwo pyébwa,

Té ka manjé an kwi farin, patat é pwa.

Konpè Rakoun té ka drivé anba bwa-a,

Santi bon lodè-a, i di : “Fòk man manjé sa.”

Tala i té la a, sé li ki ba-nou fré-a!

Pa mandé-nou kimoun sa ki té la a!

Tout zévan-y wouvè, Rakoun suiv lodè-a.

An lè, i lévé nen-y, kisa i ka wè anlè-a ?

Asou an fwomajé, Djenbo pann djòl anba,

Tèt-li adan an kwi farin, patat é pwa!

“Kijan monchè konpè ou pé la ou yé a ?

Mòlòkòy fini di an ravin-la,

Bondyé envité tout bèt a zèl an syèl-la,

Toutmoun ja anlè-a, yenki ou ki pa la!”

Djenbo an tan-tala té moun a gran wacha,

Ansanm i tann sa, i paré pou trafalga.

Lanprèsman chapé vitman-présé anlè-a,

Zòt pa bizwen mandé, kwi-a alélouya !

Rakoun pa ped lakat, i té ka atann sa,

Rivé sipé kwi-a é pran ri kra ! Kra ! Kra !

“Mèsi monchè konpè, an jan man té fen an,

Man pa jan konpwanndi ou té kanklo konsa !”

Sé dépi jou-tala, zòtout pé ja wè sa,

Djenbo pa ka janmen manjé lè i tèt anba.

Ki sé pou sapoti, kòwòsòl, pwa-di-bwa,

Toupannan i ka volé i ka foungalé sa !

Djenbo sa pé sé ou, Rakoun nenpòt tala

Ka chèché trapé ti kéchòy-la ou ni a.

Sonjé : “pisimyé an ti kayi ou ni jòdi-a,

Olyé ou konté dèmen asou an gwo taza.”

C (EXPÉRIMENTALE) – Tikrikett ek Fonmi

Ni an tipawol ka di :

Pa konté assou zié lésott pou dòmi.

Rété assise, assise pou kouté

Sa ki rivé manzè Krikett.

Pa si péyi Sentt-Mari, té ni an jenne tikrikett

Ki té an jan fenyan.

Toutt lè lapli tombé, té ni fey, té ni zeb,

Krikett té an bè-i, ka manjé a dou manman, ka gwossi, ka vine bel.

Mé sa krikett pa té sav, sé lavi pé chalviré.

Aloss kifè, an jou, lapli pa tombé.

Dé jou, lapli pa tombé.

Lapli rété mwa é mwa pa ka tombé !

Zeb vine jòne, zeb vine sek, zeb brilé : manjé té boutt !

Krikett, fen kon ratt, alé touvé manzè Fonmi,

An ti fanme djok, débouya kon pa ni.

Manzè Fonmi, tamprissouplé,

Ess ou té ké pé ba mwen tibwen manjé adan ta-ou ?

Zafè-mwen mélé. Pa ni zeb ankò.

Mé ou pa ni bizwen krentt, man ké ba-ou lajan.

Manzè fonmi mandé krikett :

Lè ou wè séchress ka vine, kisa ou té ka fè non timafi ?

Krikett réponne :

Mwen, man té ka chanté pou mété plési an tjè maléré !

Aloss Fonmi pa ped tan, i di krikett kon sa :

Si lidé-ou pa jen di-ou,

Fok ou prévwa pou dèmen ; aloss mafi, alè,

Apré chanté,

Sé dansé pou ou dansé !

**

FEVRIER 1870

En février 1870, un jeune martiniquais, Léopold LUBIN fut cravaché par DE MAINTENON accompagné d’un autre français à Grand Fonds au Marin en Martinique, au prétexte que lui le noir d’ascendance africaine ne se serait pas écarté et n’aurait pas salué au passage à cheval de ces deux blancs européens. Après avoir en vain cherché justice auprès des tribunaux français, en avril, LUBIN le marinois infligea une sévère correction à DE MAINTENON, en plein bourg du Marin à la sortie de la messe du dimanche.
LUBIN fût de suite incarcéré et le 19 août 1870 condamné à cinq ans de bagne en Guyane et une lourde amende par les tribunaux français constitués en Martinique de juges européens leucodermes, singulièrement de békés anciens propriétaires d’esclaves.
Dans tout le pays Martinique la condamnation attisa les passions et révoltes.
1870 : c’est toujours le Second Empire en France, il est question du rétablissement de l’esclavage comme ce fût le cas avec Napoléon 1er en 1802 ; l’esclavage des non blancs vient tout juste d’être aboli aux USA, il existe toujours à Cuba, au Brésil ; Les déportations massives de colonisés non blancs d’Inde, d’Afrique et de Chine, pour pallier au manque d’esclaves et travailler au service des békés, sont d’actualité.

Cette affaire est significative de l’arrogance raciste (antimélaniste) et colonialiste du pouvoir français, singulièrement des békés qui considèrent les non blancs (mélanodermes) encore comme leurs esclaves. Faut t-il rappeler l’existence des lois codifiées dans le Code Noir et ses ordonnances dont celle du 9 février 1779 qui « interdit formellement aux nègres de porter des vêtements identiques à ceux des blancs, exige respect et soumission pour tous les blancs en général ».

Gawoulé 1870 MatiniKarayib
Similitudes historiques cubano-martiniquaises :
« l’insurrection du Sud ! » et/ou « l’insurrection des Sud ! »

La défense de LUBIN, son soutien populaire semble avoir facilité l’organisation du soulèvement ; L’annonce de la chute du Second Empire et la proclamation en France de la République après sa défaite contre la Prusse, ont été perçues par des martiniquais de l’époque comme une occasion favorable pour revendiquer, Terre et Justice : mettre un terme à l’arrogance coloniale raciste franco-béké, confisquer et redistribuer certaines grandes propriétés ; certains rebelles allant même jusqu’à préconiser l’indépendance, la mise en place d’une République martiniquaise, à l’exemple d’Haïti. Mais encore en septembre 1870, cela fait bientôt trois années qu’au sud de Cuba, en Oriente, se déroule la première guerre contre l’Espagne pour mettre un terme à l’esclavage et réclamer l’indépendance de la plus grande île de la Caraïbe ; cela fait une année depuis 1869 que le choix du drapeau national cubain a été fait par des dirigeants anticolonialistes lors d’une assemblée rédactrice de la 1ère constitution cubaine. Cette première guerre cubaine contre l’esclavage et pour l’indépendance dura 10 ans (1868-1878), menée par des hommes tel Antonio MACEO qui en 1878, après avoir refusé à Baragua la paix avec les colons esclavagistes espagnols se replia en Jamaique pour en 1895 de nouveau rejoindre le sud de Cuba, retrouver Maximo GOMEZ (combattant de la première guerre) et cette fois ci José MARTI, venus de Saint Domingue et Haïti. Les premières batailles au sud de Cuba seront consacrées dans la région de Guantanamo, à la libération d’esclaves et à la destruction d’habitations propriétés de colons békés descendants de français ayant fuient Saint Domingue, installés à Cuba depuis les ultimes révoltes antiesclavagistes de 1791 (depuis Bwa KayMan), puis l’indépendance d’Haïti en 1804. Cette deuxième guerre s’achèvera au nord de Cuba par la prise de la capitale La Havane, et donc par la victoire cubaine contre le colonialisme espagnol.

C’est dans ce contexte historique et politique caribéen qu’il faut comprendre le soulèvement de milliers d’insurgés en Martinique en septembre 1870 dirigé par Louis TELGA(40 ans), Eugène LACAILLE (70 ans), Auguste VILLARD, Daniel BOLIVARD, … de très nombreuses femmes y sont actives, ROSALIE Soleil, Madeleine KLEM,Sophie LUMINA (dite Surprise), …
Entre le 19 et 27 septembre 1870, l’ensemble du sud de la Martinique est touché par l’action des insurgés. L’une des premières cibles parmi la cinquantaines d’habitations incendiées fût celle du béké Codé, raciste qui s’était vanté d’avoir fait condamner LUBIN et avait pendant plusieurs mois sur son habitation, fait flotter un drapeau blanc, symbole royaliste et esclavagiste d’avant le 22 mé 1848.
Les insurgés ont en projet l’incendie de Foyal et l’extension su soulèvement vers la capitale Saint Pierre et le Nord de la Martinique.
Devant l’étendue du soulèvement (15 communes du sud y compris Trinité, Gros Morne et Lamentin) de plusieurs milliers de martiniquais armés de coutelas, de piques, et du signal de ralliement rouge vert noir, le gouverneur de la colonie française demande des renforts aux colons Anglais à Sainte Lucie et mobilise toute ses troupes et milices qui se livrent à une répression féroce anti-martiniquaise sous l’autorité du Commandant Lambert. Des dizaines de rebelles sont massacrés dans les campagnes, 500 emprisonnés dans les forts de la ville base militaire française de Foyal, les principaux chefs de l’insurrection fusillés à Desclieux en décembre 1871, d’autres déportés aux bagnes après condamnations par un conseil de guerre (et non par un tribunal civil français). Certains rebelles dont TELGA, KLEM, … purent échapper à la répression coloniale française ; KLEM s’échappa du Fort Tartenson, la nuit à la veille du jour prévue pour son exécution et ne fut jamais reprise ; TELGA ne fut jamais arrêté et fut donc condamné en conseil de guerre par contumace ; il se réfugia à Sainte Lucie.
«Défaite» de l’insurrection martiniquaise !

«Défaite» cubaine de la guerre des 10 ans !
A l’instar de nombreux sang mêlés cubains en 1870, trop peu nombreux furent ceux martiniquais qui avaient fait leurs, l’adage de Victor SCHOELCHER : « Tout homme qui possède ne serait-ce qu’une seule goutte de sang noir dans les veines, a un devoir presque filial de défendre la race noire. »
Trop peu nombreux en Martinique furent les sangs mêlés rebelles, tel même le béké progressiste LAGRANGE de Saint Pierre qui fit circuler en 1871 un libelle dans lequel il prenait fait et cause pour la révolte des non blancs contre l’injustice ; il fut soutenu par des Noirs avant d’être condamné à cinq ans de prison, puis expulsé de la colonie Martinique.

A l’instar d’hommes d’expériences militaires tels Antonio MACEO et Maximo GOMEZ, revenus combattre les colons européens sur le sol cubain, Louis TELGA sans véritable expérience militaire, n’étant pas à la même échelle de dimensions géographiques que ces contemporains des grandes îles du Nord Caraïbe, isolé, âgé,…réfugié à Sainte Lucie ne revint jamais en Martinique combattre les français.
Après 1870, la revendication nationaliste martiniquaise a connu une longue nuit ; près d’un siècle plus tard en 1963, le signal de ralliement rouge vert noir des insurgés martiniquais resurgit à l’occasion de l’affaire de l’OJAM (Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste Martiniquaise) face au pouvoir colonialiste français qui impose assimilation et aliénation culturelle, anéantissement économique, apartheid post esclavage et dépendance ; faits criminels dont est aujourd’hui victime le peuple caribéen martiniquais.

Notre histoire martiniquaise est histoire caribéenne ; nos héros caribéens sont héros martiniquais ; car bien entendu naître en ces temps de génocide, spoliation des terres amérindiennes, de déportations massives d’africains et d’esclavagisme, naître en quelques lieux de l’univers concentrationnaire esclavagiste américain n’entraînait en rien son appartenance aux futurs peuples et nations de notre Caraïbe post-esclavage.
Ainsi depuis Hatuey, Anakaona, nos Karifunas de Martinique, Saint Vincent, ou de Dominique,… nos héros rebelles contre l’ordre colonial et esclavagiste s’inscrivent dans une même histoire amérikaribéenne.
Les esclaves d’ascendances africaines et amérindiennes (ni d’ailleurs les colons européens), n’étaient saint-luciens, guyanais , martiniquais, dominicains, guadeloupéens, grenadiens, dominiquais (de Saint Domingue), étasuniens, brésiliens, cubains … ils se trouvaient esclaves marchandises, propriétés de maîtres qui au gré des affaires et de la bonne marche de leurs trafics échangeaient, vendaient, transportaient, d’Habitations à Habitations, d’îles en îles leurs esclaves. Ainsi, des esclaves nés en Guadeloupe, Martinique, Jamaïque, Grenade, Louisiane, se sont ils retrouvés avant, puis après 1804 en Haïti ; esclaves nés en Martinique transférés vers Sainte Lucie, Trinidad ou Grenade, et vice et versa. Ou dans le « mawonaj », des esclaves nés en Martinique évadés vers la Dominique ; esclaves nés à Saint Domingue, transférés à Cuba, … …
Boukman le rebelle de la révolution haïtienne fût il né en Jamaïque ; L’ancien esclave Christophe chef militaire puis roi au nord d’Haïti fût il né à Grenade… Kina Jean, esclave en Haïti s’est il retrouvé rebelle antiesclavagiste en Martinique en 1801 ; Louis Delgres, héros de la guerre de Guadeloupe contre les armées Napoléoniennes en 1802 fût il né à Saint Pierre Martinique ; Le père de MACEO héros cubain vint t-il du pays de Bolivar, du Vénézuéla pour se marier à une femme noire esclave à Cuba ; Maximo GOMEZ héros des 1ère guerres cubaines d’indépendance fût t-il natif de Saint Domingue (République Dominicaine) ; Masoto en 1802 lors de la Guerre de Guadeloupe contre l’esclavagisme, impérialisme français, revendiquait son appartenance à la ‘nation Caraïbe’, faisant référence à une part de ses ascendants amérindiens … …


Des propriétaires d’esclaves possédaient pour les plus riches des Habitations dans plusieurs colonies ; Nombreux sont donc ces békés nés en Martinique, où ailleurs qui n’étaient pas plus martiniquais, guadeloupéens, que saint-lucien, grenadien, ou encore de Saint Domingue, … et mieux qui accordaient certainement plus d’importance à leurs privilèges de caste béké esclavagiste, qu’à la nationalité générée par leur métropole européenne.
C’est ainsi encore que les békés en Martinique, en 1792, livrèrent leur Martinique colonie française, au royaume de Grande Bretagne, afin d’y maintenir l’esclavage.

Nous autres caribéens américains, singulièrement martiniquais, ne saurions passer sous silence notre histoire commune ; les victoires haïtienne, cubaine, … caribéennes contre l’oppression esclavagiste sont notre. Nous devons nous remémorer notre histoire, notre « septembre 1870 » dans la dynamique du combat pour l’exigence de la réparation des crimes racistes esclavagistes commis contre l’Humanité.

sources : http://www.bondamanjak.com/martinique-septembre-1870/

 

 

 

Conseils de Livres, BD et M... |
natnat973 |
Simon-Dwight's Translation |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | clcailleau
| AHLALAY
| manonjouanni